« Quelle place pour la géographie dans la formation des enseignants ?  » 12 novembre 2020

« Quelle place pour  la géographie dans la formation des enseignants ? »

Le cadrage institutionnelle :

  • Référentiel de la formation des enseignants publié en 2019
  • Le cadre national de formation du master MEEF arrêté du 24 juillet 2020 sur les master MEEF

Ces textes confirment le concours à la fin du M2. La formation doit être adossée à la recherche. Le stage en M2 pourra être réalisé sous différentes modalités :

  • Alternance (contractuel),
  • stages d’observation et de pratiques accompagnée avec plus d’implication qu’en M1 : 6 semaines en M1 et 12 semaines en M2
  • et des stages à l’étranger.

Cela va être difficile d’assurer en même temps les trois modalités de stage.

Les cadrages des concours sont arrivés début octobre. C’est une version non définitive mais presque achevée. Dans le premier degré, l’histoire géographie repassent à l’écrit. Au CAPES, c’est surtout l’oral qui est impacté avec un oral commun à tous les CAPES sur la motivation et le parcours du candidat.

Deux textes vont compléter : une circulaire sur le stage en alternance en M2 et et un texte sur les attendus des formations à l’école inclusive. Dans le texte présenté en CNESER, les attentes sont fortes : 25 heures de formation obligatoire. Cela pose problème si ces cadrages se multiplient sans prise en compte de la globalité de la formation.

Concours de PE

Il existe des incertitudes sur le concours de PE quant à l’épreuve d’histoire et de géographie. Certains ont compris que le choix se ferait le jour du concours. D’autres l’ont compris comme un choix amont. Un des enjeux du concours serait de ne pas se focaliser uniquement sur le cycle 3 pour pouvoir s’intéresser à la construction des compétences spatiales chez les enfants. Cela permettrait de tisser des liens avec d’autres disciplines notamment avec la littérature de jeunesse. Le projet d’arrêté évoque également des connaissances en épistémologie des disciplines (qu’il faudra intégrer donc aux futures maquettes).

CAPES

Il y a eu une forte mobilisation du jury contre l’évolution du conours. La seule épreuve strictement disciplinaire reste la dissertation à l’écrit. La deuxième épreuve écrite sera la conception d’un cours à partir d’une analyse de documents. L’épreuve de mise en situation professionnelle sera peu disciplinaire à l’oral. La leçon va être la présentation d’une séance. Est ce que les questions au programme vont rester ? Il existe un décalage entre les questions au programme du concours et les enseignements dictés par les BO. Mais les programmes  changeant, doit-on former les futurs enseignants uniquement à ce qu’ils vont enseigner à un instant T ? La formation à l’épistémologie de la discipline est surtout essentielle pour “armer” les futurs enseignants en HG.

Il n’est pas sûr que le concours reste centré sur des questions. La disparition des questions au CAPES fragilisera la formation à l’agrégation. Les centres de formation n’auront plus les moyens humains d’offrir une préparation à l’agrégation si une mutualisation n’est plus possible.

Les épreuves seront de 6 heures et non plus de 5.

Question des évaluateurs de ces parties d’épreuve et notamment des épreuves à dimensions professionneles ( les étudiants ont du mal à ne pas faire de “copié-collé” de fiche toutes faites. Mais peut-être que les stages renforcés en M1 et M2 leur permettront d’être plus concrets dans leurs propositions).

La difficile mise en place dans les INSPE

Une première question qui émerge est la question de l’organisation de la réflexion sur les maquettes. Il y a des journées banalisées dans les INSPE mais la répartition des rôles est parfois floue dans un contexte où les acteurs sont multiples (INSPE, universités, rectorat, “professionnels de terrain” comme les PEMF… Peu de dialogues amorcés).

Les pistes explorées

Miser sur l’épistémologie des SHS

La nature des épreuves va piloter la formation. Au CRPE le fait que l’histoire-géographie soit à l’écrit dans la réforme, pourrait avoir comme conséquence qu’elle soit plus facilement traitée que maintenant (option).

Jean-Pierre Chevalier pense que les géographes ont intérêt à s’investir dans les sciences sociales et pas seulement dans la géographie au risque de faire des confettis

 Une entrée par les compétences

L’entrée par compétences laisse la possibilité de partager les compétences avec d’autres disciplines en PE et en PCL. Se pose aussi la question d’une explication des concepts communs à plusieurs disciplines mais qui ne sont pas équivalents dans chacune d’elles. L’espace en mathématiques n’est par exemple pas celui des géographes.

 Séminaire de recherche

Au CRPE l’histoire géographie passe à l’écrit. Une des pistes est d’introduire la géographie dans les séminaires de recherche via l’interdisciplinarité (INSPE de Bretagne, Magali). Les questions de recherche émergent de la pratique en stage. Il est possible que les questions didactiques relatives à la géo n’intéressent guère. A Toulouse, l’organisation de séminaires par grands domaines (culture humaniste, sciences, …), permet d’initier les étudiants en M1 à la recherche en didactique de la géographie ce qui en amène les étudiants à faire des mémoires en géographie.

Tronc commun

Il y a une possibilité de développer des enseignements géographiques au sein du tronc commun notamment sur les éducations à, la laïcité etc.

La note positive de la fin : il y a aujourd’hui l’émergence de réflexions sur l’espace par d’autres disciplines ce qui offrent des opportunités de dialogue.

Souscription pour ouvrage : Un siècle de géographie française et d’histoire du Comité national de 1920 à nos jours

A l’occasion de son centenaire en 2020, le Comité National Français de Géographie publie un ouvrage retraçant un siècle de géographie française et d’histoire du Comité national de 1920 à nos jours.

Cet ouvrage revient sur les héritages, les fondements, les évolutions et les acteurs majeurs qui ont participé à la formidable odyssée de cette institution fédératrice qui représente la géographie française et  la communauté des géographes français auprès de l’Union Géographique Internationale (UGI), du Comité Français des Unions Scientifiques Internationales (COFUSI), et du Conseil International de la Science (ISC). En 300 pages, l’ouvrage retrace la naissance du CNFG, fait le bilan de ses actions et missions ainsi que des travaux des commissions thématiques. Il évoque également les perspectives et les objectifs poursuivis en ce début du XXIe siècle pour mieux comprendre le monde actuel.

L’ouvrage est vendu par souscription au prix de 25,00 euros (frais de port inclus). Règlement par chèque ou par virement bancaire. Bulletin de souscription à envoyer avant le 20 novembre 2020 à l’adresse du siège du CNFG à l’Institut de Géographie de Paris, 191 rue Saint-Jacques 75005 Paris, et en adressant un mail récapitulatif avec vos coordonnées à marc.galochet@uphf.fr pour le suivi de votre commande.

Télécharger le bon de commande.

Transition(s) en question. Quelles approches géographiques de la notion de transition ?

26 septembre 2020  – 9h30-12h – 13h30-16h30

1920 - 2020 Centenaire de l'Assication de Géographie Français

Programme de la séance du 26 septembre 2020
(Suite à la crise sanitaire, report de la séance du 14 mars 2020)
09h30–12h / 13h30–16h30
Institut de Géographie : 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris
(Petit Amphi)

Selon les modalités des séances organisées par l’AGF : participation gratuite, dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire à l’accueil de l’Institut de Géographie

Thème : Transition(s) en question. Quelles approches géographiques de la notion de transition ?

Télécharger le programme au format pdf

Coordination :
Stéphanie BEUCHER 
stephanie_beucher@yahoo.fr
Membre associée du laboratoire Habiter (EA2076), Université de Reims Champagne-Ardenne

Marion MARE
maremarion@gmail.com
Professeures en CPGE au Lycée Montaigne, Bordeaux

Approches géographiques de la transition : transition énergétique, transition écologique

Approches géographiques de la transition : transition énergétique, transition écologique

10 Octobre 2020  – 9:30h-12h – 14 h-17h

1920 - 2020 Centenaire de l'Assication de Géographie FrançaisProgramme de la séance du 10 Octobre 2020
09h30–12h / 14h–17h
Institut de Géographie : 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris
(Petit Amphi)

Selon les modalités des séances organisées par l’AGF : participation gratuite, dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire à l’accueil de l’Institut de Géographie.

L’Assemblée Générale de l’AGF aura lieu ce samedi 10 octobre à 12h –

Thème : Approches géographiques de la transition : transition énergétique, transition écologique

Télécharger le programme au format pdf

Coordonnateurs :
Michel DESHAIES
michel.deshaies@univ-lorraine.fr
Professeur des Universités en Géographie, Université de Lorraine,
Laboratoire EA 7304 LOTERR, Université de Lorraine

Bernadette MERENNE-SCHOUMAKER
b.merenne@uliege.be
Professeur émérite des Universités en Géographie, Université de Liège

Tourisme et patrimoine dans l’espace urbain : repenser les cohabitations

Appel à communications

Tourisme et patrimoine dans l’espace urbain : repenser les cohabitations
Bulletin de la Société Géographique de Liège (BSGLg)
Volume 76 (2021/1)

Échéances
30 septembre 2020 Date d’envoi d’un projet de contribution avec titre et problématique
30 novembre 2020 Date de dépôt des textes complets
Les propositions sont à envoyer à Edith Fagnoni : e.fagnoni@wanadoo.fr et Bernadette Mérenne (BSGLg) : B.Merenne@uliege.be

Télécharger l’appel à communications (format pdf)

Terrains de la géographie / The Fields of Geography

 

Journée d’étude de l’Association de Géographes Français – Centenaire du Comité National Français de Géographie

Workshop of the Association de Géographes Français – Centennial celebration of the Comité National Français de Géographie

* * *

Résumé

Lors de la journée de commémoration du centenaire du Comité National Français de Géographie (CNFG), en partenariat avec l’Association de Géographes Français (AGF), une session de communications sera consacrée aux terrains de la Géographie. Cet appel à contribution s’adresse à tou.te.s les chercheur.ses jeunes et plus expérimenté.e.s dans toute la diversité thématique de la recherche géographique, qui pratiquent un terrain en s’interrogeant sur cet objet ou sur la posture du chercheur dans son rapport au terrain : terrain « fondamental », terrain addictif ? L’appel à communications vise aussi à interroger la contribution de l’approche géographique sur le terrain de la pluridisciplinarité, ainsi que la diversité et les adaptations des méthodologies liées à l’exploitation d’un terrain ou à son étude.

Annonce

Centenaire du CNFG, 12 décembre 2020 : Les terrains de la Géographie

Lieu : Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques – 75005 – Paris.

Appel à contribution

Cet appel à contribution s’adresse à tou.te.s les chercheur.ses jeunes et plus expérimenté.e.s dans toute la diversité thématique de la recherche géographique, qui pratiquent un terrain en s’interrogeant sur cet objet ou sur la posture du chercheur dans son rapport au terrain : terrain « fondamental », terrain addictif ? L’appel à communications vise aussi à interroger la contribution de l’approche géographique sur le terrain de la pluridisciplinarité, ainsi que la diversité et les adaptations des méthodologies liées à l’exploitation d’un terrain ou à son étude. Cinq thèmes sont proposés mais il est bien sûr possible de les croiser.

  • Le terrain premier, « fondamental », est celui qui fonde une trajectoire de recherche individuelle ou collective. Qu’il s’agisse d’un apprentissage du terrain par le terrain ou d’une accumulation de connaissances issues de la pratique récursive d’un terrain, le terrain premier est celui qui est à l’origine du déploiement théorique ou méthodologique ou de la trajectoire d’un parcours scientifique. Nous attendons ici des contributions qui témoignent de l’empreinte fondamentale qu’occupe un terrain unique dans un parcours individuel ou collectif (équipe ou laboratoire de recherche).
  • Le.s chercheur.se.s ont accumulé des terrains comme l’on assemble une bibliothèque. Dans cette « terrathèque », les terrains premiers, qui ont un rôle fondateur théorique ou méthodologique, s’organisent autour de terrains de validation et de consolidation des connaissances acquises sur/par le terrain. Nous cherchons des contributions de chercheurs « collectionneurs », qui s’adonnent à la pratique de « serial field studies », qui souhaitent témoigner et proposer une prise de recul, un retour sur expérience, sur cette articulation entre ces deux types de terrains.
  • Poser l’hypothèse du terrain comme sujet de recherche, c’est ouvrir la réflexion épistémologique sur la place de l’objet terrain, qu’il s’agisse d’étudier un corpus disciplinaire voire pluridisciplinaire ou encore d’interroger les rapports entre les chercheur.ses et les terrains. Il s’agit ainsi d’analyser la place du terrain dans un parcours individuel ou collectif de recherche (démarche réflexive) ou dans la fabrique des connaissances disciplinaires (démarche épistémique). Sur ce thème nous attendons des propositions qui questionnent la contribution du terrain à la praxis du chercheur géographe.
  • Le terrain n’est pas seulement un espace de recherches géographiques, c’est aussi un contexte, un environnement favorable au partage de questionnements, de concepts et de méthodes d’horizons disciplinaires variés et souvent complémentaires. Il s’agit ici d’interroger la contribution de l’approche géographique dans les recherches de terrains ainsi que l’importance des apports théoriques et méthodologiques des autres disciplines de terrain. Nous souhaiterions ici des contributions qui interrogent la fonction de transfert disciplinaire opérée par le terrain vu sous l’angle du palimpseste pluridisciplinaire.
  • Les outils, méthodes et pratiques de terrain évoluent dans le temps comme dans leur contribution à la fabrique des connaissances issues du terrain. Cette évolution tout à la fois épistémique et technique est autant une approche récursive sur la production de connaissance qu’une fuite en avant technologique ou conceptuelle. Nous accueillerons sur ce thème des propositions qui interrogent les différents terrains méthodologiques de la discipline.

Modalités de communications

Les propositions de communication sont à adresser avant le 20 octobre à Eric Masson (eric.masson@univ-lille.fr), sous la forme d’un titre et d’un résumé de 600 caractères au maximum.

Ces propositions seront évaluées par le comité scientifique (voir ci-dessous) et les réponses seront communiquées directement aux auteurs ayant fait les propositions de communication avant le 20 novembre 2020.

Comité scientifique

  • Gilles Arnaud-Fassetta (Université Paris-Diderot),
  • Yves Boquet (Université de Bourgogne),
  • Yann Calbérac (Université de Reims),
  • Nicolas Canova (ENSAPL),
  • Nathalie Carcaud (Agrocampus Ouest),
  • Dominique Chevalier (Université Lyon 1 Claude Bernard),
  • Philippe Deboudt (Université de Lille),
  • Edith Fagnoni (Sorbonne Université),
  • Monique Fort (Université Paris-Diderot),
  • Marc Galochet (Université Polytechnique Hauts-de-France),
  • Christian  Giusti (Sorbonne Université)
  • Christian Grataloup (Université Paris-Diderot),
  • Magali Hardouin (Université Rennes 2),
  • Vincent Herbert (Université du Littoral Côte d’Opale),
  • Antoine Le Blanc (Université du Littoral Côte d’Opale),
  • Caroline Leininger-Frezal (Université Paris-Diderot),
  • Eric Masson (Université de Lille),
  • Valérie Morel (Université d’Artois)
  • Laura Péaud (Université Grenoble Alpes).

Comité d’organisation

  • Bureau de l’AGF,
  • Marc Galochet (Université Polytechnique Hauts-de-France),
  • Antoine Le Blanc (Université du Littoral Côte d’Opale),
  • Eric Masson (Université de Lille).

Télécharger cet appel à contribution au format pdf

Création du Prix du Livre de Géographie des lycéens et étudiants de CPGE.

Création du Prix du Livre de Géographie des lycéens et étudiants de CPGE.

Télécharger la présentaion au format pdf

En 2020 a été créé le Prix lycéen du Livre d’Histoire, magnifique initiative qui a largement inspiré la création du Prix du Livre de Géographie des lycéens et étudiants de CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles). Pour le Prix du Livre de Géographie des lycéens et étudiants de CPGE, un comité de sélection composé à parité d’enseignants dans le Secondaire, en CPGE et à l’Université, choisit les ouvrages en compétition.

Qui peut participer, et comment ?

  • Les lycéens et étudiants volontaires, encadrés par des enseignants-relais de l’évènement, envoient un texte collectif, argumenté, faisant office de vote.
  • Le comité décompte les votes et désigne l’auteur lauréat.
  • Les textes des lycéens et étudiants participants seront également évalués (qualité et construction de l’argumentation, profondeur de la réflexion, lien entre l’ouvrage et la géographie, expression, orthographe, syntaxe, …). Les meilleurs textes seront publiés dans les revues et sur les sites des associations qui soutiennent le prix (Historiens & Géographes, Géoconfluences, CNFG).
  • Le prix sera remis lors du Festival International de Géographie de Saint-Dié, en octobre 2021.

Pourquoi ce prix ?

  • Le but de ce prix est de faire découvrir et aimer la géographie à des lycéens et des étudiants, de leur faire lire des ouvrages montrant la diversité des écrits géographiques, des terrains de recherche, des formes littéraires et scientifiques associées ; de les initier à la recherche scientifique, tout en créant des partenariats entre lycées et CPGE.
  • Il s’agit également de contribuer à donner une visibilité aux publications géographiques sur la scène éditoriale française.
  • Pour les lycéens, participer à ce prix peut être une opportunité pour approfondir l’enseignement de spécialité et consolider leurs connaissances en géographie, tout en préparant – peut-être ! – une orientation dans cette voie. La participation à un tel projet peut être une plus-value dans la préparation du Grand Oral, peut faire l’objet d’une mise en valeur dans le parcours des élèves, le livret scolaire, les vœux sur Parcoursup également.
  • Pour les étudiants, participer à ce prix sera l’occasion de découvrir un peu plus la géographie, de s’imprégner des recherches actuelles, de découvrir des espaces différents, des problématiques venant compléter l’enseignement de la géographie en CPGE, et peut-être, là encore, de confirmer des souhaits d’orientation.
  • Dans les deux cas, il s’agit de découvrir une discipline particulièrement riche et passionnante, de façon ludique, mais avec une approche rigoureuse et scientifique, avec comme objectif enthousiasmant d’être publié dans des revues à comité de lecture.

Et les étudiants en université ?

Le comité de sélection pourra élargir ultérieurement le Prix aux étudiants en Licence de Géographie.

Calendrier.

  • Début octobre 2020 : sélection des ouvrages, annonce de la sélection sur les sites partenaires.
  • Inscription des participants au plus tard le 31 octobre 2020.
  • Lecture des ouvrages et rédaction des textes entre novembre et mai 2021.
  • Recueil des votes et avis rédigés le 30 mai 2021 dernier délai.
  • Traitement des votes et avis en juin 2020, annonce des résultats à la fin du mois.
  • Remise du prix lors du FIG 2021 (octobre).
  • Contact et inscription  : prixdulivredegeographie@yahoo.com
  • Pour vous inscrire, merci d’indiquer les noms et prénoms des enseignants-relais, lycée et / ou CPGE, établissement, ville, académie et les adresses mail.


Partenaires.

L’organisation de ce prix bénéficie du soutien des partenaires suivants :

 

Pour le comité de sélection, Maie Gérardot, professeur de géographie en CPGE au Lycée Georges de la Tour, Metz.

Annulation Assemblée générale CNFG du 13 mars 2020

Annulation de l’assemblée générale prévue 13 mars 2020 du CNFG

13 mars 2020, 14h-17h annulé
Maison de la Recherche Paris 8

Pour consultation :

Chers collègues et ami.e.s géographes,
Le bureau du CNFG a décidé de reporter l’Assemblée Générale, prévue demainvendredi 13 mars, compte tenu de la situation générale que vous connaissez relative à la propagation du Covid-19, des informations que nous avons eues sur les présences, et de la volonté de tenir compte de mesures de prévention.
Nous proposerons une nouvelle date au plus vite, sans doute pas avant le mois de mai, et nous vous tiendrons évidemment informés par ce canal et sur notre site internet.
J’attire toutefois votre attention, une nouvelle fois, sur le fait que 2020 est une année de renouvellement : le processus électoral sera lancé dès avril et concernera les adhérent.e.s à jour de cotisation 2020.
Enfin, je souhaite à toutes et tous beaucoup de courage et d’énergie dans ces moments difficiles tant d’un point de vue sanitaire et socio-économique, que pour la recherche et l’enseignement en particulier.

Géographiquement,

​​Antoine le Blanc
Professeur de géographie, Université du Littoral Côte d’Opale
Laboratoire TVES
Président du Comité National Français de Géographie

Conférences de la Société de Géographie

Conférences de la Société de Géographie

[27 février 2020] Conférence « Il y a 150 ans, le canal de Suez », par le contre-amiral François Bellec

[12 mars 2020] Conférence « La forêt vietnamienne, des effets de la guerre à la reconquête des espaces meurtris », par Amélie Robert

[26 mars 2020] Conférence « La forêt polonaise de Bialowieza, dernière forêt primaire d’Europe ? », par Jawad Daheur

 

VENDREDI 27 MARS 2020 à 12 h 30
dans le « SALON POURPRE » du Sénat, 15 ter rue de Vaugirard, Paris 6e
Monsieur Philippe BRILLET
Professeur à l’Université de Tours
sera notre invité et nous parlera sur
L’Irlande, quelle place demain ?

Télécharger le bulletin d’inscription