Actualités Géo

Liens vers les sites

CTHS – Parution d’un livre

Le CTHS est heureux de vous annoncer la parution prochaine de l’ouvrage de François de DAINVILLE « Le Langage des géographes – Termes, signes, couleurs des cartes anciennes » (avril 2018).

Vous trouverez ci-joint la plaquette du livre. Celui-ci touche différentes thématiques, comme la géographie, la cartographie, l’histoire …et pourrait donc vous intéresser.

Cet ouvrage permet de comprendre le langage utilisé par les géographes, arpenteurs, ingénieurs et marins, du XVIème au XVIIIème siècle.

2018 – Motion votée à l’unanimité par la 23° section du CNU

Suite aux inquiétudes concernant les réformes en cours pour le lycée, l’accès à l’université, et l’enseignement de la géographie, le CNFG soutient pleinement la motion de la 23e section du CNU, reproduite ci-après. C’est également dans une optique de valorisation de la géographie dans l’enseignement secondaire et le supérieur, mais aussi auprès des institutions et du grand public, que le CNFG continue à organiser et soutenir de grands projets tels que la Nuit de la Géographie et les Olympiades nationales de Géographie.

Motion votée à l’unanimité par la 23° section du CNU  (Géographie) lors de la session de janvier 2018 à Bordeaux.

Devant les inquiétudes soulevées par les projets de loi en discussion sur la réforme du lycée et l’accès à l’université, la section 23 du CNU, réunie à Bordeaux le 1er février 2018, tient à rappeler son attachement aux principes suivants :

  • le caractère national du baccalauréat ;
  • la nécessité d’un accompagnement des lycéen.ne.s dans la construction de leur parcours à l’université ;
  • l’égalité des chances dans l’accès à l’éducation et l’enseignement supérieur.

Dans un contexte de croissance des effectifs étudiants et d’appauvrissement des moyens humains, financiers et matériels des universités, la section 23 du CNU s’inquiète des dispositifs qui pourraient aggraver les inégalités entre étudiant.e.s, établissements et territoires. Elle participera aux réflexions collectives visant à améliorer l’accueil et les conditions d’études des étudiant.e.s.

2018 – Appel à communication UGI Regional Conference / Conférence Régionale de l’UGI

UGI Regional Conference / Conférence Régionale de l’UGI
Québec, Canada, August 6-10 2018
Canadian Geographers / Géographes canadiens
Annual Conference / Conférence annuelle
SPECIAL SESSION 1
Of Commerce and culture : Shopping places, shopping center and urban landscape in a globalized world
Entre culture et commerce : Lieux du commerce, centre commercial et paysage urbain dans l’espace-monde.

Les propositions de 250 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 mars par courriel à : nlemarchan@aol.com
Abstracts: no more than 250 words, they should be submitted to Professor Nathalie Lemarchand no later than March 15th, at nlemarchan@aol.com

UGI Regional Conference / Conférence Régionale de l’UGI
Québec, Canada, August 6-10 2018
Canadian Geographers / Géographes canadiens
Annual Conference / Conférence annuelle
SPECIAL SESSION 2
The Geography of Death : Spatial Differences, Diversity and Sustainability
La géographie de la mort : Différences spatiales, diversité et durabilité

Les propositions de 250 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 mars par courriel à : alan.nash@concordia.ca
Abstracts of no more than 250 words should be submitted by email no later than 15th of March, to Professor Alan Nash at: alan.nash@concordia.ca

Newsletter UGI

For Commission newsletters, please visit this pageFor other relevant newsletters, please visit this page. For the annual reports, please visit this page.

 

New series – starting January 2012

 

Pierre Pagney

Pierre Pagney (1919-2017)

Le dernier des trois fondateurs de la climatologie géographique en France (les trois Pierre : Pédelaborde, Péguy, Pagney) vient de nous quitter. Il a participé activement à l’essor de la géographie universitaire française et il a porté haut, en Sorbonne, la géoclimatologie.

Sa carrière s’accomplit surtout à Dijon. Trois ans après avoir soutenu sa thèse sur le climat des Antilles (1966), il y fonda le centre de recherches de climatologie tropicale (CRCT). À l’origine simple pièce au troisième étage de l’ancienne faculté des Lettres de Dijon, 36 rue Chabot Charny, le centre couvre de nos jours toute une aile de la Faculté des sciences sur le campus. En 1969, P. Pagney sut saisir l’opportunité offerte par le CNRS de s’accorder avec son collègue Guy Lasserre pour partager le champ de la recherche en géographie tropicale : à Bordeaux la géographie humaine (CEGET) ; à Dijon la climatologie.

P. Pagney ne cessera ensuite d’y travailler pendant presque un demi-siècle. Son œuvre, articles et ouvrages, est donc considérable. Elle exprime une insatiable curiosité pour les différentes méthodes de la science du climat : climatologie dynamique (celle des types de temps et des masses d’air) ; climatologie satellitaire ; climatologie humaine (climat et santé, climats et sociétés) ; climatologie statistique et diagnostique. Il s’intéressa beaucoup aux changements climatiques et aussi, via les cyclones tropicaux, aux catastrophes climatiques.

Il fut un grand voyageur de par le monde. Il organisa ou présida de nombreux colloques. Il avait du métier, de l’ouverture d’esprit : il savait faire la synthèse. Son Que sais-je ? « La climatologie » (1ère édition 1973, 7ème édition 2000), vendu à plus de 40 000 exemplaires, l’exprime du mieux possible.

Par un abord retenu, il voilait sa foncière bienveillance, sa grande générosité. Ses nombreux élèves, qu’ils soient originaires de France, d’Afrique noire ou d’ailleurs, l’ont tous connu et respecté ainsi en le gratifiant toujours du nom de : Monsieur Pagney. Ils ont tous fait carrière à l’université ou dans des organismes de recherche. Ils sont aujourd’hui retraités (ou disparus) et ont tâché de transmettre ce qu’ils ont appris de lui scientifiquement et aussi moralement.

Fidèle à son expérience militaire, officier supérieur d’état-major, il a beaucoup contribué, dans les dernières années, aux recherches de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de la Défense Nationale) et il a publié plusieurs ouvrages sur les relations entre le climat et la guerre. Il était légitimement fier de ce qu’il avait réalisé durant sa vie de travail, que ce soit en activité ou en éméritat ; il appréciait les distinctions, qu’il avait méritées de l’avis unanime.

Surtout il aimait la vie de famille. Avec son épouse, il réunissait, les beaux jours venus, toute la famille dans sa maison de village, au cœur de la Franche-Comté, là où il vécut sa jeunesse, là où il repose.

 

Denis Lamarre et Martine Tabeaud